Chant de Mai et de Vertu

 La Saintonge Littéraire n° 101 de mars 2012


Volontiers en ce mois ici

La terre mue et renouvelle.

Maints amoureux en font ainsi,

Sujets à faire amour nouvelle

Par légèreté de cervelle,

Ou pour être ailleurs plus contents ;

Ma façon d’aimer n’est pas telle,

Mes amours durent en tout temps.

 

N’y a si belle dame aussi

De qui la beauté ne chancelle ;

Par temps, maladie ou souci,

Laideur les tire en sa nacelle ;

Mais rien ne peut enlaidir celle

Que servir sans fin je prétends ;

Et pour ce qu’elle est toujours belle

Mes amours durent en tout temps.

 

Celle dont je dis tout ceci,

C’est Vertu, la nymphe éternelle,

Qui au mont d’honneur éclairci

Tous les vrais amoureux appellent

« Venez à moi, je vous attends ;

Venez (ce dit la jouvencelle).

Mes amours durent en tout temps. »

 

ENVOI  

Prince, fais amie immortelle,

Et à la bien aimer entends ;

Lors pourras dire sans cautelle :

« Mes amours durent en tout temps »

 

Clément MAROT 1495-1544

Valet de chambre de Marguerite d’Angoulême puis de François Ier